Harlem Desir, « branleur et racaille… »

harlem

images-4

http://fr.wikipedia.org/wiki/Harlem_D%C3%A9sir

n’a jamais travaillé de sa vie : lycéen,étudiant,politique. Pique dans la caisse. Un exemple républicain

De novembre 1986 à octobre 1987, il occupe la présidence de SOS Racisme tout en étant salarié par l’« Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants », basée à Lille en tant que « formateur permanent » et il perçoit pour cet emploi fictif, un salaire mensuel net de8 900 francs21. Cela lui vaut d’être condamné, le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux22. Harlem Désir aurait également bénéficié d’une amnistie de François Mitterrand concernant une dette de 80 000 francs au Trésor public, relative à des amendes de stationnement (décision de justice du 9 mai 1992) alors qu’il était président de SOS Racisme

Leave a Reply

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Aller à la barre d’outils