Zéro pointé

Un journaleux de merde « bfmtv-rmc » du matin en perte de vitesse (jean-jacques bourdin) remue la fange 30 ans après en faisant re-craquer un vieux con à chier ( le pen).

http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/04/02/jean-marie-le-pen-recidive-sur-le-point-de-detail_4607974_823448.html

Et hop tous les bons médias bobogôche sautent sur ce non évènement pour faire du buzz. Le grand journal canal+  super spécialiste du genre n’a pas manqué d’inviter en tant qu’expert le bobo bouffeur  à tous les rateliers: karl zero. Un mange marde comme on dit à Quebec, toujours grand moraliste.

Il a été égal à lui même : zero. Mise à part des invectives éculées, égales et contraires à celles du vieux con, rien de neuf. Sauf remuer la merde. Si vous avez un tout à l’égout qui foire, c’est un spécialiste.

https://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&es_th=1&ie=UTF-8#q=le+pen&tbm=nws

Oui oui c’est bien lui  karl, souvenez vous, qui en direct a bidonné des accusations abjectes sur dominique baudis. Il avait versé 15 000 € à l’une des ex-prostituées comme à-valoir sur un livre relatant sa version de l’affaire Alègre /Dominique Baudis et Marc Bourragué. Tel le grand blanchi pasqua ( dont les discours étaient écrits par son frangin Basile de Koch.) il se sort de ces tracas judiciaires.

http://www.staragora.com/news/mort-dominique-baudis-l-affaire-alegre-celle-qui-a-bouleverse-sa-vie/483353

pour la petite histoire il a aussi conseillé Mgr Lustiger pour le lancement de la chaîne KTO.

Au fait  toute cette fratrie d’enfoirculés doit avoir honte de son  patronyme :

images-26Né le 6 août 1961 à Aix-les-Bains, Marc Tellenne, dit Karl Zéro est le fils de Guy Tellenne (1909 – 1993 : normalien, agrégé, poète, haut fonctionnaire auministère de la Culture et sous-directeur de l’Institut français d’Athènes) et d’Annick Lemoine (auteur édité par Ramsay). Il est le cadet d’une famille de quatre frères, dont Éric et Basile de Koch. Il est marié à Daisy d’Errata. Frigide Barjot est la femme de son frangin,rédacteur des discours de Charles Pasqua au ministère de l’Intérieur, entre 1986 et 1988. Pour avoir bénéficié d’un emploi fictif au Conseil général de l’Essonne, Basile de Koch est condamné avec Xavière Tiberi par la Cour d’appel de Paris, le 15 janvier 2001, à une peine d’emprisonnement assortie d’un sursis. Une famille exemplaire !

 

 

 

Leave a Reply

Aller à la barre d’outils