Ne plus être pigeon

Voilà un article interessant pour les joueurs « au grattage »,

pas pour lA FDJ bien sûr !

1074_eurocouillons

pour aller vite :

Ne vous faites plus « baiser » comme çà :

Depuis le Tac au Tac, premier jeu à gratter en 1989, des détaillants peu scrupuleux et les “pro du grattage“ ont intégré la logique du Tableau des lots et appris à capter des gains au préjudice des autres joueurs. Sachant qu’un rouleau contient un et un seul lot significatif ou exceptionnel, à l’instant où le bon ticket sort, le reste du rouleau ne donne plus rien ou des misères, on dit alors que le livret est “asséché“. Mais rien n’interdit au point de vente de détacher le restant de tickets perdants et de les exposer sur son présentoir à destination des naïfs qui croient obstinément en leur étoile. Connu de quelques initiés, le secret des livrets asséchés a permis durant ces années un formidable détournement de gains par quelques filous qui continuent de léser les joueurs.
En première ligne, se trouvent les détaillants. Derrière leur comptoir, ils sont en position de contrôler le gain de chaque ticket s’écoulant d’un même rouleau de jeu.

Qu’arrive-t-il quand le débitant constate qu’aucun lot significatif n’est sorti alors qu’il reste moins de cinq tickets à gratter dans le livret ?
« Je les prends pour moi, avoue un buraliste de l’Aisne, il faut bien qu’on ait des avantages ! ». Avec une mise de 6 ou 8 euros, c’est la certitude d’empocher 20 euros, voire davantage… Qui peut résister à une telle tentation ?

En revanche, si un billet de 20 ou 50 euros part en début de rouleau, les autres tickets sont détachés et étalés sur le présentoir au nez des futurs perdants. Le vendeur a non seulement le droit, mais l’obligation de procéder ainsi. Les règles internes de la Française des Jeux stipulent qu’un livret entamé ne peut en aucun cas être rendu par le détaillant.

Pour tricher ( avec votre buraliste ) c’est comme ça:

Le détournement de gains est devenu un pillage réglé, supposant une connivence entre le débitant et un comparse. La combine repose sur un crédit de quelques minutes que le détaillant accorde à un joueur achetant un livret entier. Il gratte les tickets à la suite jusqu’au lot significatif, puis rend le reste du rouleau, forcément asséché, au débitant qui ne lui compte que les tickets grattés. La martingale est la suivante : pour un livret de 75 pièces d’une valeur de 150 euros, il y une chance sur deux que le lot intéressant tombe au 37ème ticket, soit un coût de 74 euros dont un tiers sera remboursé en petits lots, donc l’investissement réel se limite à 49 euros. Pour un gain de 50 euros, le comparse est assuré d’y gagner. Si le lot tombe avant le 37ème ticket, le bénéfice augmente d’autant et l’affaire devient vraiment juteuse dès qu’un lot exceptionnel se présente. Pour maximiser le bénéfice, ces grattages massifs s’exécutent à l’abri des regards sur cinq à dix rouleaux d’un même jeu. 

 

Et pour tout lire c’est là:

http://www.planet.fr/conso-jeux-a-gratter-100-de-perdants.784332.1404.html

%d blogueurs aiment cette page :