Leçon de math…

Des vieux souvenirs de mathelem, un petit coup d’excel, et à partir des chiffres du 10 mars au 23, voilà une belle courbe prévisionnelle du cumul journalier des morts par coronavirus.

J’espère un zéro pointé sur mes calculs…vérification dès demain.

le 24/03 : j’ai (hélas) une bonne note car ma prevision exagérée d’une vingtaine de victimes (1110 morts officiels à cette heure (22h)) est tout a fait acceptable… et il y a encore 2h de relevé à attendre! En plus ce décompte officiel est minimaliste :

A l’heure actuelle, seuls les patients testés positifs au Covid-19 et décédés à l’hôpital sont recensés. Et comble de mauvaise foi :

Pas de décompte officiel dans les Ehpad

En revanche, il n’y a pas, pour l’instant, de décompte officiel des morts liées au coronavirus dans les Ehpad. « Il y aura sans doute bientôt une information sur le sujet », affirme la direction générale de la santé. Car les témoignages alarmants se multiplient ces derniers jours. A Cornimont, dans les Vosges, au moins 20 résidents de l’Ehpad du Couaroge sont morts des suites de l’épidémie, comme cela a été confirmé dimanche. D’autres résidents seraient également contaminés. L’AFP faisait état, dès samedi, de 12 morts dans un Ehpad du Doubs, de plusieurs dans l’Hérault et de foyers infectieux dans la Vienne et à Paris, faisant redouter le pire aux professionnels du secteur. 

Parmi les 400 Ehpad de Bourgogne-Franche-Comté, « un certain nombre constatent des personnes présentant des symptômes de type Covid-19 », remarque le docteur Olivier Obrecht. Faute de tests généralisés pour l’instant, « le nombre de décès ne sera connu qu’une fois que l’épidémie sera derrière nous« 

Le véritable indicateur, ce sera la surmortalité. « Santé publique France a commencé une surveillance syndromique, comme on le fait pour la grippe, à partir d’un nombre de décès attendus dans une population donnée, sur un temps donné, expose Olivier Obrecht à L’Est républicain. C’est le surplus par rapport à ces estimations qui donnera la vérité sur le nombre de décès pendant la période d’épidémie Covid-19, dans quelques mois, une fois l’épidémie terminée. » Le problème se pose également pour les morts à domicile, recensées par les services de l’état civil et qui ne sont pas non plus répertoriés comme étant liés à l’épidémie pour le moment.

Et ça chauffe partout en Europe, de la même façon, au décalage de date près. Partie bonne dernière la Grande Bretagne semble très « prometteuse ». Dommage on n’a pas de stats de la Hollande qui est le seul pays qui ne confine pas.

Le 25/03/2020 18h

Pas de thermometre= pas de fièvre

ça tombe comme à Gravelotte. Je vais hélas avoir une excellente note en statistique car je faisais confiance aux chiffres « officiels » or ils sont faux . Une mesure « à la française » gouvernementale, on minimise pour masquer l’incompétence.

Chaque jour, le bilan des décès dus au virus s’alourdit, mais il serait loin de la réalité, compte tenu du mode de recensement. Basé uniquement sur les chiffres hospitaliers, il exclut notamment les décès en Epad et à domicile. Autrement dit le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, nous raconte volontairement des conneries puisqu’il sait pertinemment que ses chiffres sont tronqués.

Lors de son point quotidien, lundi, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, déplore « 1110 décès à l’hôpital », mais « les décès à l’hôpital représentent probablement une faible part de la mortalité », glisse-t-il dans une réponse à une question de la presse. De quoi remettre en question le bilan journalier des décès dressé depuis le début de l’épidémie.

La méthode française de recensement minimise-t-elle le nombre de morts dus au Covid-19 ? Cela peut-il expliquer en partie le décalage avec d’autres pays comme l’Italie ? En Italie, on réalise des dépistages post-mortem, mais ce n’est pas le cas en France, nous indique la Direction générale de la Santé (DGS). Concrètement, cela signifie que lorsqu’une personne non dépistée, en Ehpad ou à domicile, décède, elle n’est pas comptabilisée.

Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France, souligne que les personnes touchées par le Covid-19 en maison de retraite sont effectivement « très nombreuses », et quand on ajoutera ces chiffres au bilan global, « on risque d’avoir une réalité toute autre de ce qu’aura été cette épidémie dans le pays ».

France inter

Les décès à domicile hors des radars

Le dépistage, c’est un peu la mère des batailles en matière de statistiques. Depuis l’entrée dans le stade 3, le gouvernement français avait fait le choix de ne tester que les cas graves. Ce qui aboutit à la fois à sous-évaluer le nombre de contaminations, et à sous-estimer le nombre de décès attribués au Covid-19, rendant l’évaluation très complexe. Ceux qui présentent des symptômes dits « bénins » doivent rester chez eux confinés. 

Certains décès peuvent donc se retrouver hors des radars statistiques. Patrick, infirmier de 44 ans, est décédé jeudi matin à son domicile, en Seine-et-Marne, comme le raconte Le Parisien. Il n’avait pas été dépisté, mais la veille, « il a commencé à avoir de la fièvre », raconte un de ses proches. Il aurait donc été emporté rapidement par le virus, notamment en raison de sa « faiblesse immunitaire ».

Pas de dépistages post-mortem

« Les familles ont exprimé par téléphone que le médecin avait stipulé qu’il y avait un rapport avec le virus » mais « pas de dépistage post-mortem », ajoute-t-il. « On a eu cinq ou six décès à domicile depuis une semaine et demie, dont le médecin nous a dit que c’était lié au Covid-19 », détaille Guillaume, conseiller funéraire à Mulhouse. Bien que, là encore, pas de test pour en être certain. 

« À part quand le décès est suspect, par exemple jeune, on ne cherche pas plus loin, il n’y a pas d’autopsie », confirme un soignant du Service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR). Pas de dépistage post-mortem donc.

Les charlots aux manettes ont encore de beaux jours. On attend plus qu’un officiel bulletin de la menteuse gouvernementale sibeth ndiaye pour nous dire que tout est sous contrôle

France inter

le 27/03/2020 . J’ai hélas toujours une bonne note.

Et je reste pessimiste car la grosse vague arrive cette semaine et c’est toujours le même merdier avec le gouvernement : des promesses et du vent.

%d blogueurs aiment cette page :